Joel Champetier

Joël Champetier et moi

Le Raconteur Gabriel Veilleux rend hommage à l'un des grands auteurs contemporains du Québec, disparu trop vite.

Je n'ai jamais rencontré Joël Champetier.

Quand j’ai commencé à écrire sérieusement, j’ai eu la chance de rencontrer une personne unique (le proverbe dit tout de même qu’on crée notre propre chance). Cette personne ne m’a pas seulement intégré à la plus joyeuse communauté d’auteurs du Québec (salutations aux amis boréaliens), elle a également bâti les fondations de mon parcours littéraire. Parce que si Marie-Claude Bisson m’a appris à conjuguer des participes passés, et si une auteure fantastique comme Geneviève Blouin m’a donné les outils pour être publié, c’est Jonathan Reynolds qui m’a ouvert les portes du monde littéraire.

Un de ses judicieux conseils avait été de lire La peau blanche de Joël Champetier.

Joël, disait Jonathan, était capable de créer, par des descriptions justes, l’atmosphère parfaite dans chaque chapitre. J’ai dévoré le roman. Par la suite, j’ai acheté et lu presque tous ses livres.

PeaublancheGF

Malheureusement, Joël était déjà décédé d’un cancer (un mois après le décès – d’un cancer également – de mon meilleur ami et cousin, Joakim) lorsque j’ai joint la communauté qu’il côtoyait. Cependant, j’ai remarqué que plusieurs conversations tournaient autour de lui. J’ai compris qu’il avait été le mentor de bien des auteurs du milieu. En plus d’être un ami.

J’ai toujours entendu que des éloges à propos de Joël, chose plutôt rare de nos jours.

C’est pourquoi j’attends la prochaine revue Solaris avec impatience. Il s’agit d’un numéro entièrement dédié à Joël Champetier. J’ignore de qui vient l’idée, mais je ne peux m’empêcher de la ou le féliciter. C’est un hommage grandement mérité pour un homme qui aura été non seulement un grand auteur, mais aussi un grand être humain. D’ailleurs, la nouvelle écrite par Jonathan Reynolds dans ce numéro se déroule dans l’univers de La peau blanche.

Solaris214 VG 255x400 1 e1590246921272

C’est vrai, je n’ai jamais rencontré Joël Champetier. Cependant, à travers ses œuvres et les gens qu’il a influencés, j’ai l’impression de l’avoir connu.

Je vous encourage à découvrir les romans de Joël Champetier si vous ne les avez jamais lus.

La Librairie Saga en a plusieurs en stock :
https://librairiesaga.square.site/s/search?q=champetier.

Partagez

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest

Qu'en pensez-vous? Donnez vos commentaires ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres publications

Poursuivez votre lecture

Portrait de l'auteure Marilou Addison

Marilou Addison : jongler entre humour et horreur

Notre chroniqueuse Kim Messier s’est entretenue avec l’auteure Marilou Addison suite à la parution de son plus récent roman d’horreur, Post Mortem.
Une discussion sur le fragile équilibre entre l’humour et l’horreur.

Un soleil de poème aide à la guérison

Guérison

Ghislain Shema Ndayisaba nous présente son premier poème, intitulé Guérison.

Ce lien qui nous unit, une nouvelle noire de Kim Messier

Ce lien qui nous unit

Beau cadeau que nous fait la très talentueuse Kim Messier : Ce lien qui nous unit, une nouvelle noire, angoissante à souhait et parfaite pour le mois de la frayeur!

Un solitaire parmi les oiseaux

Atmosphère solitaire

Regard poétique sur l’itinérance offert avec brio par Nathalie Rondeau.

Les organismes d’aide à l’itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Consultez la liste de liens qui suit le texte pour savoir comment vous pouvez contribuer à la lutte contre ce fléau.

L'homme à la boîte est sans-abri

L’homme à la boîte

Le deuxième texte de notre série sur l’itinérance nous est offert par Hélène Massé.

Les organismes d’aide à l’itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Consultez la liste de liens qui suit le texte pour savoir comment vous pouvez contribuer à la lutte contre ce fléau.