L'homme à la boîte est sans-abri

L’homme à la boîte

Le deuxième texte de notre série sur l'itinérance nous est offert par Hélène Massé. Les organismes d'aide à l'itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Consultez la liste de liens qui suit le texte pour savoir comment vous pouvez contribuer à la lutte contre ce fléau.

Tous les matins en me rendant au travail,

Et tous les soirs en revenant à la maison

Je le vois marcher d’un pas régulier le long du boulevard

Où la circulation est dense à ces moments de la journée.

Il évite le trottoir et préfère la rue.

Son regard fixe l’avant, toujours.

L’homme à la boîte marche, marche, marche…

On ne connaît pas son nom,

Ni ce que contient cette boîte qu’il porte devant lui

Comme une offrande.

Ses journées se passent ainsi,

Et ses visites au petit snack du coin

Confirment qu’il ne possède rien d’autre

Que cette bizarre boîte en carton.

On lui offre un hot dog, des frites, un coke

Et il repart sans dire un mot.

Il marche, marche, marche…

Énigme dans la ville,

On se demande ce que contient cette boîte

Qu’il porte si précieusement.

Certains parlent des cendres d’un amour décédé,

D’autres, d’une fortune obtenue Dieu sait où.

Il marche, marche inlassablement,

Cet homme à la boîte dont ne sait pas le nom.

On le protège des insultes, on le plaint parfois,

Surtout les jours de pluie ou de grand froid.

Et puis, un jour, on l’attaque dans un petit boisé

Où il avait l’habitude de dormir.

On retrouve son corps marqué de coups,

Sa boîte n’est plus là.

Cet homme ne marche plus.

Cet homme ne marchera plus, jamais!

J’irai déposer des fleurs là où sa vie s’est terminée.

Je me questionnerai sur ce qui s’est passé.

Pourquoi s’en prendre à cet homme sans ressource, sans malice,

Déjà tellement brisé par la vie?

On fait enquête, on émet des hypothèses,

On offre une récompense pour des informations utiles

Mais personne ne se manifeste.

On parle de cette agression, de ce meurtre,

D’une enquête bâclée.

Un itinérant… au fond…

Cet homme à la boîte qui marchait

Tout le temps, sans s’arrêter,

Cet homme ne marche plus.

Avait-il au moins vécu?

Après toutes ces années

Je repense à cet homme

L’avez-vous déjà vu?

L’avez-vous déjà croisé portant sa boîte lourde de sens?

Cet homme qui marchait tout le temps,

Avait-il eu une enfance, une jeunesse?

Avait-il aimé? Avait-il été aimé?

N’était-il qu’une simple tache dans notre paysage?

Une honte dans la ville?

Cet homme à la boîte

Portait ses doutes, ses peines,

Et l’inconnu dans son seul bagage.

Avançant vers la lumière, il ne voyait que l’ombre.

Suivre le même chemin que cet homme

Reprendre la même route

Avec une boîte invisible

Celle que l’on porte en dedans de soi

Et qui certains jours devient lourde…

Lourde du regard des autres

Lourde de sens

Lourde de culpabilité, de regret, de remords

Alors que personne n’attend au détour.

Les organismes d’aide à l’itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Aidez-les à combattre ce fléau en contribuant, que ce soit par un don en argent ou de temps. Voici quelques organismes que vous pouvez aider :

– Dans la rue
– Accueil Bonneau

– Maison l’exode

– Lauberivière

– Maison du Père

 

Partagez

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest

Qu'en pensez-vous? Donnez vos commentaires ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres publications

Poursuivez votre lecture

Un solitaire parmi les oiseaux

Atmosphère solitaire

Regard poétique sur l’itinérance offert avec brio par Nathalie Rondeau.

Les organismes d’aide à l’itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Consultez la liste de liens qui suit le texte pour savoir comment vous pouvez contribuer à la lutte contre ce fléau.

L'homme à la boîte est sans-abri

L’homme à la boîte

Le deuxième texte de notre série sur l’itinérance nous est offert par Hélène Massé.

Les organismes d’aide à l’itinérance du Québec ont besoin de votre aide. Consultez la liste de liens qui suit le texte pour savoir comment vous pouvez contribuer à la lutte contre ce fléau.

L'auteur Louis-François Dallaire

Violence et Monopoly, avec Louis-François Dallaire

Dans cette entrevue accordée à Kim Messier, Louis-François Dallaire, auteur du thriller Le jour où mon meilleur ami fut arrêté pour le meurtre de sa femme, nous parle du traitement d’un sujet peu souvent abordé dans notre littérature.

Mélanie Jeanne Francoeur

Les tourments dystopiques avec Mélanie Jeanne Francoeur

Notre chroniqueuse Kim Messier s’est entretenue avec l’auteure du roman La bile noire, Mélanie Jeanne Francoeur, pour discuter du processus de création qui a mené à la publication de son premier roman, La bile noire, paru aux Éditions Du Tullinois.