Comme un retour en enfance, par Myriam Busque, finaliste du Concours de récits de Allez raconte

Comme un retour en enfance

Essoufflée de cette journée mouvementée, je me laisse choir sur la chaise en cuir devant mon bureau de travail. Un tout dernier client et je pourrai profiter de mes vacances avec mon mari et nos deux enfants. Poignées de main, bavardage, signatures en bas de pages, puis la journée prend finalement fin. Marchant vers ma voiture, je sens enfin que relâche ce poids d’envergure. Celui que je traîne silencieusement sur mes épaules en tentant d’atteindre la perfection dans tous mes rôles.

En chemin, je pense à mes enfants et à ces vacances qui tombent à point. Si excités ce matin de pouvoir dire que maman serait enfin libre pour jouer avec eux dès le lendemain. Je soupire au souvenir de cette phrase si innocente dans la bouche de mes enfants, mais si douloureuse pour mon cœur de maman. Est-ce vraiment ainsi que je souhaite mener ma vie? Je décide de balayer cette question existentielle dans un coin de mon esprit, préférant me concentrer sur le sourire qu’Adam et Mia afficheront quand ils verront ma voiture se stationner dans l’entrée.

En y réfléchissant bien, les vacances, c’est un peu comme retomber en enfance, comme revivre cette période de grande insouciance.

Lors de ces quelques journées de congé, on met notre vie d’adulte sur pause, le temps d’un instant, pour revoir la vie comme dans les yeux brillants d’un enfant. Les soucis de côté, on profite pleinement de chaque moment donné. On se réveille doucement au soleil levant, nul besoin d’alarme au bruit assourdissant. Chaque minute de la journée n’est pas chronométrée, mais au contraire, pleinement savourée. On remplace les yeux cernés d’une immense lourdeur par un regard brillant de bonheur et des joues rougies par la chaleur. On prend plaisir à manger un cornet de crème glacée sous le soleil ardent de l’été, pour ensuite remercier chacun de ses rayons qui réchauffent notre peau bronzée. On remplace la compagnie de notre téléphone par celle de vraies personnes, se laissant aller à rire à gorge déployée pour toutes les raisons données. On ouvre toutes les fenêtres lors des longs trajets en voiture afin de humer l’air pur tout en appréciant la sensation du vent qui fait virevolter notre chevelure. On prépare un bon repas en famille sur le grill tout en se délectant de chaque effluve de nourriture grillée qui se faufile à notre nez. On termine nos soirées en écoutant le doux son du feu qui crépite et celui de la peau des guimauves qui s’effrite. On court sur la plage en criant, sans même se soucier du regard des gens, puis on prend plaisir à plonger dans l’eau glacée sans craindre d’être trempée. Lors des longues promenades, on cueille des marguerites puis on s’émerveille à la vue de chacune d’elles, qu’elle soit grande ou petite. On accueille avec joie le son des feux d’artifice que nos voisins font exploser tout en se précipitant à l’extérieur pour admirer ce spectacle coloré.

À la suite de ces deux semaines de liberté, où mon cœur explosait d’un bien-être immense, j’en suis convaincue… Les vacances, c’est bel et bien comme retomber en enfance. C’est profiter pleinement de chaque instant sans s’inquiéter du suivant.

Mais pourquoi attendre ces quelques jours de congés par année pour vivre sa vie rêvée? Chaque jour mérite d’être vécu comme un jour de vacances. Parce que tous les jours ont de l’importance.

C’est décidé, dès demain, ma lettre de démission sera signée. Il est temps de suivre le chemin qui mène à cette vie, celle à laquelle j’ai toujours aspiré…

Faites rayonner les Raconteurs d'ici : partagez! 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.