Audrée McNicoll, auteure de la série Les Winchester

Romance et histoire, selon Audrée McNicoll

Bonjour, Audrée McNicoll. La trilogie Les Winchester s’inscrit dans la même veine que La chronique des Bridgerton. Chaque roman se concentre sur l’histoire romantique d’un personnage venant d’une famille aisée, à une autre époque. Aviez-vous lu des romans de ce genre avant d’écrire vos trois romans?

Beaucoup! J’adore la romance historique sous toutes ses formes. Certes, il y a les romans de Julia Quinn, mais j’ai particulièrement aimé ceux de Monica McCarty, Maya Banks, Sarah MacLean et Diana Gabaldon.

Les aventures de Lincoln Winchester, futur marquis de Worcester, se déroulent en 1756. Le héros quitte l’Angleterre pour se rendre à New York, puis à Albany. Pourquoi avoir choisi cette époque et ces lieux en particulier?

Je me suis laissée guider par mes recherches et celles-ci m’ont menée à New York, puis Fort Edward. Cette époque s’est imposée d’elle-même dès que j’ai arrêté mon choix sur le bateau HMS Victory. Saviez-vous que ce navire est toujours en cale sèche et qu’il est le plus ancien navire de guerre intact au monde?

Lorsque Lincoln rencontre Isabella FitzRoy sur le bateau qui les mènera en Amérique, il a un coup de foudre et les événements font en sorte qu’il doit la protéger de multiples dangers. Qu’est-ce qui vous a inspiré toutes les péripéties de ce livre?

Mes séances de « brainstorming » passées dans les embouteillages ou encore certains de mes films préférés, comme Le dernier des Mohicans ou Il danse avec les loups. J’ai tout simplement laissé aller mon imagination. Quelques-unes de ces péripéties sont aussi nées de défis lancés par les membres de mon « club de lecture ».

Quelles recherches avez-vous faites pour être capable d’écrire cette histoire?

Plusieurs, en commençant par en apprendre un peu plus sur les titres de noblesse. Tous les éléments nécessaires pour bâtir le pedigree des familles Winchester et FitzRoy. Il me fallait une maison de campagne et je suis tombée en amour avec Badminton House, que je visiterai assurément un jour. J’ai aussi dû parfaire mes connaissances au niveau des costumes, du rang des officiers et du fort Edward. Je me devais aussi de savoir comment se déroulait la traversée de l’océan à cette époque. Wikipédia est une source intarissable d’informations. Je ne me prétends pas historienne, loin de là, mais j’ai fait mon possible pour que tous les éléments soient crédibles sans tomber dans un cours intensif du 18e siècle.

Page couverture du roman Lincoln, par Audrée McNicoll
Lincoln, tome 1 de la série Les Winchester, de Audrée McNicoll, est en vente maintenant.https://www.leslibraires.ca/livres/les-winchester-t-1-lincoln-audree-mc-nicoll-9782897923631.html?login=1?u=303020

Le roman contient bon nombre de scènes sensuelles. Qu’est-ce qui fait en sorte, selon vous, qu’une telle scène soit excitante?

Le choix des mots est important. Il y a le contexte, aussi, et la quantité. À mon avis, quand il y a trop de scènes sensuelles dans un roman, cela perd tout son effet. L’évolution de la relation entre les personnages doit s’y prêter et, soyons franches, les romans nous permettent de nous évader et de fantasmer. Quelle lectrice ne s’est pas déjà imaginée dans les bras du protagoniste masculin?

Quel a été votre plus grand défi lorsque vous avez écrit cette trilogie?

Le tome 2 a été particulièrement difficile à écrire. L’intrigue est plus complexe et de s’assurer que tous les éléments s’imbriquent bien, surtout dans les derniers chapitres, a été mon plus grand défi. J’ai trouvé la twist de la fin à la dernière minute.

J’ai beaucoup aimé le fait que le personnage féminin, Isabella FitzRoy, assume son côté passionné et qu’elle dise haut et fort qu’il est injuste que les femmes soient critiquées et rejetées parce qu’elles ont des désirs, comme les hommes. Pourquoi avoir choisi de démontrer ce côté de votre personnage?

Peut-être parce que je crois sincèrement que ce que nous voyons dans les films, ou ce que nous lisons dans les livres, n’est pas le reflet exact des femmes de cette époque. Je suis convaincue que des femmes comme Isabella ont existé. Je refuse de croire qu’elles étaient toutes soumises ou interdites d’opinion. L’histoire nous a prouvé que plusieurs d’entre elles ont marqué leur époque avec panache. La reine Victoria en est un très bon exemple.

 Si vous deviez décrire en quelques mots ce premier tome, que diriez-vous?

Aventures, rebondissement, érotisme.

En quoi les aventures des deux frères de Lincoln, dans les tomes 2 et 3, seront différentes, mais tout aussi passionnantes?

Chaque tome a son univers bien à lui. Ils sont tous différents et c’est ce qui fait que cette trilogie se démarque de la romance historique à laquelle nous sommes habitués. Stephen est un suspense dont l’action se situe principalement à Londres. Quant au tome 3, vous suivrez Alexander au beau milieu d’un village gipsy, là où les convenances des aristocrates sont reléguées au second plan. Bien entendu, tous les membres de la famille Winchester sont présents dans ces 2 tomes. Et que dire de l’épilogue du 3e tome, sinon qu’il boucle bien la fin.

Avez-vous d’autres projets d’écriture?

Je suis présentement à terminer l’écriture d’une nouvelle trilogie : Tennessee. Cette romance historique se situe au Montana dans les années 1865. C’est dans l’univers des cowboys, en compagnie de Jeffrey et Tennessee, que je vous emmène cette fois-ci.

Faites rayonner les Raconteurs d'ici : partagez! 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.